IMPROVISATIONS SUR « 2021, ANNÉE TRANS »

Crédit photo : Lachlan Ross sur pexels

À l’invitation de Valentine Dechambre, Déléguée régionale de l’ACF en MC, Nadège Talbot, Nicolas Jeudy, Isabelle Caillault et Christel Astier ont écrit ces textes dans la spontanéité du moment pour témoigner des effets pour chacun, de la forte mobilisation initiée par Jacques-Alain Miller autour de la question trans et de sa lettre du 1er mai.  Continuez la lecture...

Attent-a

On doit à la découverte freudienne d’avoir permis de situer la place centrale de la sexualité dans la vie psychique. Tous nos faits et gestes, nos pensées, tout notre mental est gouverné de toujours par l’exigence de satisfaction pulsionnelle. Ceci n’est pas une fiction mais une réalité clinique. Pour autant, assimiler la psychanalyse à un pansexualisme selon lequel rien ne viendrait faire obstacle à une telle nécessité relève du déviationnisme.  Continuez la lecture...

« Adeline »

Attentat Sexuel : le titre des prochaines journées de l’ECF a d’abord produit, provoqué un affect d’effroi, de répulsion, d’horreur. En l’écrivant, en l’écrivant simplement, ce qui s’imposait, c’était de le redoubler, comme si le simple redoublement pouvait en atténuer la charge, en tempérer l’effraction. Le deuxième mouvement, c’est un « je n’en veux rien savoir », je ne veux rien en voir, rien en entendre, rien en lire.  Continuez la lecture...

Attentats sexuels… distinguÉs

« La psychanalyse d’orientation lacanienne prétend que l’émergence d’un désir sexuel dans le corps d’un sujet a un effet structurel d’altérité traumatique, qu’un abus ait eu lieu ou pas dans la réalité. »[1]Arguments des J50, PART. 4 par Caroline Leduc, https://www.attentatsexuel.com/les-quatre-arguments/

Le 4 juin dernier, lors de la conversation-zoom autour des quatre arguments des J50 de l’ECF[2]Les 14 et 15 novembre 2020 à Paris.  Continuez la lecture...

DignitÉ dans le bien dire

Si « toute formation humaine a pour essence, et non pour accident, de réfréner la jouissance »[1]Lacan J., « Allocution sur les psychoses de l’enfant », Autres Écrits, Seuil, Paris, 2001, p. 364., à l’occasion d’un attentat sexuel, l’institution peut faillir à sa fonction.  Continuez la lecture...

QUAND L’INSTITUTION SE MÊLE DE SEXUALITÉ…

Un éducateur surprend deux résidents hommes dans une posture qu’il interprète spontanément comme sexualisée. L’affolement se généralise. Pas de malentendu, la scène à laquelle l’éducateur assiste est sans appel : l’un d’eux est victime, l’autre bourreau. Epinglés à cette nomination, le discours éducatif puis institutionnel se déchaîne et s’ordonne.

La scène aperçue par l’éducateur a fait effraction.  Continuez la lecture...

ENTRETIEN AVEC J.-R. RABANEL

V. Dechambre – Dans la précédente édition du Courrier, vous présentiez une vignette clinique en lien avec la situation sanitaire, le coronavirus et le confinement. Il s’agissait de Roland, un patient du CTR[1]Centre thérapeutique et de recherche de Nonette de Nonette.  Continuez la lecture...

« Déboussolés »

« Déboussolés », c’est ainsi que J.-A. Miller lors du 4° Congrès de l’AMP en 2004 qualifiait les sujets hypermodernes.

« Déboussolé », signifiant particulièrement bien adapté à ce moment actuel de la civilisation.

À quoi se fier ? À qui se fier ?

À la science ? interroge dans son texte intitulé : « Science et confiance » Miquel Bassols[1]La Cause du Désir n°90 p.  Continuez la lecture...

IN-QUIÉTUDE 

À l’heure où la perspective du déconfinement se profile avec son lot de nouvelles incertitudes, un petit retour sur les semaines précédentes s’impose. La gravité des circonstances ne fut pas sans effets sur l’inconscient. Ainsi, certaines personnes en témoignent, avec l’arrivée de l’épidémie du Covid-19, les rêves ont eu tendance à disparaître pendant un certain temps.  Continuez la lecture...