« La femme n’existe pas »

crédit @praewthida sur unsplash

Allons-y doucement, parce qu’avec ce thème nous risquons fort la fragmentation du sujet à traiter. Donc, commençons par l’immersion du sujet à traiter dans l’œuvre de Lacan. Puis, nous suivrons un fil pour pouvoir répondre à ma question – en fait, une question de départ. Dans la discussion, nous pourrons tirer un certain nombre de conséquences et même aller un peu au-delà de la question de départ pour pouvoir la cerner plus effectivement.  Continuez la lecture...

L’institution à partir de la logique féminine

crédit @Jr-korpa sur unsplash

Le titre de cette intervention reprend celui d’un article [1] d’Alexandre Stevens [2] paru dans Quarto Institution ◊ féminité. Il y propose de renouveler l’institution à partir des formules de la sexuation [3] élaborées par Lacan en 1975.

Quels enseignements pouvons-nous extraire de cette étude pour la pratique psychanalytique ?

Tout d’abord, pour répondre à cette question, j’ai voulu, sur l’indication de Jean-Robert Rabanel [4], articuler l’article d’A.  Continuez la lecture...

« la femme », « la Femme », « La femme »

crédit @massimo-virgilio sur unsplash

« la femme », « la Femme », « La femme »

J’ai repéré nombre d’occurrences dans le Séminaire de Lacan jusqu’à me poser la question du lien entre « La femme n’existe pas » et il n’y a pas de rapport sexuel. J’ai donc suivi pas à pas, ce trajet qui va du Séminaire XIV, « La logique du fantasme [1]» au Séminaire XVIII, D’un discours qui ne serait pas du semblant [2]Continuez la lecture...

COMMENTAIRES DE « LA FEMME N’EXISTE PAS »

Crédit photo : Jennifer Feng sur Unsplash

« La femme n’existe pas » – prononcé par Lacan en Italie le 3 février 1973.

J’ai été sollicité par Jean-Robert Rabanel pour chercher dans la presse de Rome un article qui faisait écho à l’intervention de Lacan au 7e Congrès de l’École Freudienne de Paris du 31 octobre au 4 novembre 1974.  Continuez la lecture...

GÉNÉRALISATION DE LA JOUISSANCE FÉMININE À L’ÊTRE PARLANT

Crédit photo : Luca Nardone sur Pexels

Le travail dans un cartel intitulé L’énigme du féminin m’a permis d’étudier l’article de J.-A. Miller « La jouissance féminine, n’est-elle pas la jouissance comme telle ? [1]» en lien avec son cours « L’orientation lacanienne. L’Un tout seul [2]». 

II m’a semblé tout naturel de le reprendre dans le cadre du Séminaire d’Étude orienté par le thème du prochain Congrès de l’AMP : La femme n’existe pasContinuez la lecture...

PETITE CONTRIBUTION SUR LES FORMULES DE LA SEXUATION

Crédit photo : Luca Nardone sur Pexels
Crédit photo : Luca Nardone sur Pexels

Voici une petite contribution au Séminaire d’Étude consacré à la préparation du prochain Congrès de l’AMP sur le thème : La femme n’existe pas. Cette intervention propose quelques considérations sur le tableau des mathèmes de la sexuation qui se trouve dans le Séminaire Encore [1]. Dans le Séminaire suivant « Les non-dupes errent [2]», Lacan nommera ce tableau les formules de la sexuation.  Continuez la lecture...

UNE LECTURE DE SCILICET-RÊVE

Comme contribution au Séminaire d’Étude, je propose une lecture du volume Scilicet paru en juin dernier sous le titre du VIIème Congrès de l’Association Mondiale de Psychanalyse (AMP), Le rêve. Son interprétation, son usage dans la cure lacanienne, qui rassemble des travaux préparatoires au Congrès. J’ai lu ce volume pas sans l’écho des interventions précédentes[1] au Séminaire d’Étude parues dans Le Courrier ACF MC, « Édition spéciale : Le rêve » ; et aussi, de ce petit fragment clinique venu à point nommé.  Continuez la lecture...

Rêve et Trauma

À propos du rêve, je souhaiterais aborder un point qui m’a été inspiré par la clinique, celui du trauma dans le rêve, celui qui réveille. Avec pour boussole l’enseignement de Freud et Lacan, deux versants se dessinent : le versant du rêve, « voie royale de la connaissance de l’inconscient »[1] ; c’est le rêve comme vérité de l’inconscient, celui qui s’interprète ; et sur un autre versant, le rêve générateur d’angoisse quand surgit à l’occasion la jouissance pulsionnelle qui fait trauma.  Continuez la lecture...

« Despertar ! » « Réveil ! »

« Il y a seulement dans nos rêves que ce qui n’a pas de sens ressurgit. C’est vrai, les rêves ont du sens, mais les cauchemars qui nous réveillent, nous réveillent généralement sur un élément de non-sens. C’est là qu’on touche peut-être au plus près la vérité ».[1]

Le thème du rêve m’a fait sortir de mon sommeil et lever la main pour intervenir au Séminaire d’Étude.  Continuez la lecture...